Des démangeaisons, des brûlures ou des picotements sur le visage ? Il se pourrait que vous soyez atteint d’une infection suite à un virus herpes. En général, la majorité des herpès sur le visage et au-dessus de la taille sont induits par le virus herpès de type 1. Les symptômes touchent principalement les lèvres (herpès labial), le nez et la bouche…

Qu’est-ce que l’herpès du visage ?

L’herpès est une maladie virale induite par un virus qu’on appelle « Herpès simplex ». L’herpès du visage est le fruit de l’infection du virus herpes type 1. Il peut se manifester autour des narines, dans la gorge, dans la bouche, sur les gencives, sur le front, sur les joues ou même sur les yeux. L’herpès labial ou l’herpès oculaire représentent donc des herpès du visage.

Le point commun à tous les VHS ou Virus de l’Herpès Simplex se définit sur leur mode de fonctionnement. En effet, une fois qu’un VHS est introduit dans l’organisme (dans une muqueuse ou à partir d’une lésion), il infecte immédiatement les cellules nerveuses de la zone touchée et va ensuite se loger à l’intérieur du ganglion lymphatique durant une longue période.

Suite à un état de stress fréquent, une exposition intense au soleil, un traumatisme, une fièvre ou une infection, l’herpès peut se réactiver. Au cours d’une récidive, il mue et se multiplie pour ensuite traverser les fibres nerveuses se trouvant à la surface externe de la peau. Des lésions apparaissent alors sur l’épiderme.

Symptômes

En fonction de l’endroit où le virus implante son nid, les symptômes de l’herpès du visage peuvent prendre différentes formes. À priori, il se manifeste sous trois formes : l’herpès du nez & de la gorge, l’herpès labial et l’herpès oculaire.

La première concerne la bouche et le nez. Au niveau de la bouche, le VHS de type 1 peut induire une gingivale-stomatite herpétique. Cette infection touche principalement les enfants et se manifeste sur les joues, les lèvres, la langue et les gencives.

L’intérieur de la bouche vire au rouge avec l’apparition de gonflements douloureux. Ces gonflements induisent des lésions importantes et l’empêchent de s’alimenter correctement. Fièvre importante, forte salivation et haleine fétide peuvent ensuite apparaître, suivies de ganglions sur le cou. Une fois que le virus gagne l’intérieur de la gorge, on parlera alors d’angine herpétique.

Ce type d’infection est surtout constaté chez l’adulte et peut être lié à une gingivale-stomatite. Le VHS peut aussi atteindre l’œsophage et le patient pourrait alors se plaindre d’une difficulté à manger ou à boire, de douleurs intenses dans la poitrine, d’une élévation de température et d’une perte de poids conséquente. C’est l’œsophagite.

Si le virus se manifeste sur les narines avec une rhinite herpétique, le patient aura le nez bouché et des vésicules tout autour de ses narines. Au niveau de son cou, des ganglions peuvent se manifester.

À l’issue d’une primo-infection, le VHS pénètre dans l’organisme et se multiplie au niveau de l’endroit de pénétration. Il ira ensuite vers un ganglion se situant en bas du cou où il va créer son logement. Dans la plupart des cas, on parle de « bouton de fièvre » quand l’herpès se localise sur les lèvres. Ce bouton de fièvre pourrait conduire jusqu’à un herpès génital lors d’un contact direct entre la bouche et le sexe du partenaire. L’inverse est aussi possible, en effet, un herpès génital peut induire un bouton de fièvre.

La manifestation de l’herpès labial suit plusieurs étapes. En premier lieu, des démangeaisons conséquentes touchent la zone atteinte par le virus. Une tension commence à se faire sentir sur les lèvres et on peut être sujet à des maux de têtes ainsi qu’à une sensation de fatigue intense. Après quelques jours, des vésicules remplies de liquide chair se créent. Ces vésicules herpétiques deviennent rapidement opaques et ouvrent une croûte. Au bout d’une à deux semaines, l’infection disparaît d’elle-même en respectant certaines conditions.

L’herpès des yeux ou herpès oculaire est aussi une forme d’herpès du visage. L’infection oculaire herpétique est souvent à l’origine des cécités infectieuses dans les pays développés et industrialisés. En France, on comptabilise plus de 60 000 personnes atteintes d’herpès oculaire chaque année. En général, les yeux sont sujets à un herpès oculaire suite à une auto-contamination avec ses doigts.

En effet, en touchant un bouton de fièvre avec l’un de vos doigts et en passant ce dernier sur la surface externe de vos yeux, vous transmettez le VHS. Dans la plupart des cas, un herpès oculaire se caractérise par l’apparition des vésicules herpétiques autour des yeux. Toutefois, sachez que la primo-infection au niveau des yeux n’engendre pas de conséquences graves.

Toutefois, si l’infection ne disparaît pas après plusieurs jours de contamination, elle peut évoluer vers une kératite herpétique. La kératite herpétique se traduit par une implantation du virus herpes dans la cornée qui provoque par la suite des inflammations fréquentes. La personne peut alors se plaindre de douleurs et de rougeur au niveau des yeux suivis de sensations irritantes et désagréables. Une fois la kératite guérie, des cicatrices peuvent laisser des traces et provoquer des troubles de la vue…

Le bouton de fièvre herpétique peut aussi provoquer le panaris herpétique. Ce dernier est la manifestation de l’herpès du visage sur les doigts. La contamination se fait d’une personne à une autre par contact rapproché. Certaines professions sont particulièrement exposées au panaris herpétique plus que d’autres comme les infirmiers ou les dentistes.

Un doigt atteint d’un virus herpes gonfle et devient très rouge rapidement. Des vésicules peuvent alors apparaître sur la surface extérieure de la peau sous forme de bulles comme un panaris.

Origines de la maladie

Un herpès de la bouche et du nez est provoqué par le VHS de type 1 ou Virus de l’Herpes Simplex. En ce qui concerne l’herpès labial, le virus herpes peut être présent dans les lésions, la salive, les larmes ou les sécrétions nasales. La contamination peut alors se faire directement suite à une lésion ou des sécrétions contaminées par contact rapproché.

C’est notamment le cas des sports de contact (lutte, rugby, judo…), et des personnes avec des défenses immunitaires vulnérables (les personnes atteintes d’un eczéma ou d’une maladie cancéreuse, les femmes enceintes, les nouveau-nés…)

On peut aussi contracter ce virus par auto-contamination. Un herpès de la gorge peut par exemple entraîner un herpès génitale, un herpès oculaire peut induire un panaris herpétique et vice-versa.

Comment identifier une poussée d’herpès sur son visage ?

En France, près de la moitié de la population est capable d’identifier une poussée d’herpès sur le visage. Toutefois, il convient de rappeler les signes annonciateurs de cette pathologie. Quelques jours, voire quelques heures après la contamination par le virus herpes, des signes annonciateurs peuvent effectivement apparaître. A priori, il s’agit de sensations douloureuses, d’engourdissement léger, de douleurs modérées et de picotements.

L’herpès se manifeste ensuite avec des rougeurs et des vésicules sous forme de petites cloques sur le visage. Ces cloques grandissent rapidement pour ensuite former des croûtes épaisses. Au bout de 8, 9 ou 10 jours, ces croûtes disparaissent comme si de rien n’était.

Traitement et prévention

Dès l’apparition des symptômes primaires de l’herpès du visage, il est conseillé de tout de suite consulter un médecin pour limiter les conséquences de la maladie sur le visage. Des traitements antiviraux peuvent faire l’objet d’une prescription médicale à titre curatif ou préventif. Ils sont habituellement appliqués par voie générale. Il existe aussi des solutions sous forme de crème et de lotion pour traiter l’herpès, mais leurs effets sont encore à démontrer.

Toutefois, à titre préventif, ces crèmes peuvent faire effet en empêchant le développement et la multiplication du virus, en réduisant les douleurs intenses et la durée globale des crises passagères herpétiques. Il est conseillé de bien nettoyer son visage et de correctement se laver ses mains après avoir touché un bouton de fièvre avant de se frotter les yeux pour éviter en même temps l’herpès oculaire et le panaris herpétique. Une personne atteinte d’un virus herpes doit faire part de sa maladie à sa partenaire avant les relations sexuelles. Si possible, utilisez des protections durant les rapports.

Pour le cas des personnes qui pratiquent un métier favorisant une contamination du virus par contact (les médecins et les infirmiers), le port d’équipements de protection individuelle est à exiger : lunette, masque, gants…

Autres recommandations importantes

Pour éviter les cicatrices une fois que la pathologie sera soignée, il est fortement déconseillé de gratter les lésions sur le visage. Une personne atteinte de récidive avec des poussées d’herpès visible présente une contagiosité pendant une période moyenne de six jours (3 jours avant l’apparition et 3 jours après l’apparition). Quand l’herpès récidive, il est plus difficile de soigner la pathologie.

De ce fait, il est important que tout le monde sache identifier les signes annonciateurs de la maladie pour limiter les conséquences et d’autres contaminations sur son propre corps et sur ceux des autres. Soyez vigilant en étant en contact avec d’autres personnes, car certains sujets peuvent contracter le virus herpes sans présenter de signes extérieurs apparents.